Bandeau
KAORENGO Porteurs d’Avenir
Slogan du site

L’association KAORENGO Porteurs d’Avenir est dédiée au parrainage d’enfants orphelins au Burkina Faso, organisation laïque et solidaire, entièrement bénévole et dont l’objet est la scolarisation et le bien-être des orphelins filleuls.

URGENCE ALIMENTAIRE : La « soudure » sera délicate pour les gens de Fada.

par FrançoisM
logo imprimer

La « soudure » va être délicate et nombre de nos filleuls sont déjà dans une situation alimentaire difficile. Ils ont besoin de notre générosité.
Vous pouvez envoyer vos dons à KAORENGO (2 chemin de la mare aux aulnettes, 77000 LIVRY SUR SEINE),
ou par paypal : lien

La « soudure »

Ce vocable local désigne la période qui s’étend entre l’épuisement du stock de nourriture de la récolte de l’année précédente et les premières nouvelles récoltes, période très difficile pour beaucoup de familles.

Il semble que depuis plusieurs années les récoltes soient de plus en plus incertaines compte tenu des changements climatiques qui « dérèglent » d’une part la durée de la saison des pluies et d’autre part le niveau pluviométrique et sa répartition. Très souvent c’est au début du cycle que les problèmes surviennent, car si la pluie est nécessaire pour les semailles, sa violence entraîne parfois le pourrissement des semences et ensuite il est parfois trop tard pour ressemer.

L’acuité de la soudure est « prévisible » dès la fin des récoltes. De plus, lors de la « soudure », on assiste à une montée des prix, parfois spéculative.

A titre d’information les prix peuvent passer pour 100 kg de mil de 18000 cfa à 22000 cfa ( 27,50 € à 35 €). 100 kg de mil permettent de nourrir 5 personnes pendant un mois. Le maïs est légèrement moins cher à l’achat mais est moins « rentable » (vendu en grains et consommé en farine après épluchage) . Le riz coûte le double du mil et est donc trop onéreux pour beaucoup.

Durant la « soudure » beaucoup de « nos » familles (et donc nos filleuls) sont confrontées à une sous-alimentation certaine.

Si dans l’objet de KPA, l’aide alimentaire était évoquée comme une éventualité en cas d’urgence, force est de constater qu’il va falloir envisager de l’intégrer de façon pérenne dans nos budgets, car ce n’est pas la peine de financer la scolarisation d’un enfant s’il est sous-nutri car dans ce cas il ne peut pas être réceptif à l’enseignement qui se déroule déjà dans des conditions difficiles, et est plus vulnérable sur le plan de la santé. De même chacun comprendra que l’aide alimentaire apportée ne puisse être « réservée » aux seul(e)s filleul(e)s dans les familles.

Par contre nous devons garder notre principe : aide et non assistance.
Ceci signifie que notre animateur analyse la situation de chaque famille, qu’il n’y a pas automaticité de distribution de céréales, ni dans la durée, ni dans la quantité, même si plus la période de la soudure avance, plus les bénéficiaires sont nombreux voire toutes les familles le deviennent.

Le Bureau devra donc étudier cette question et la prochaine Assemblée générale se prononcer sur les propositions.

Sur le plan financier il est très difficile de chiffrer ce besoin. Sur une hypothèse très haute, on peut estimer qu’il faudrait par famille, 100 kg par mois, pendant trois mois, soit un coût total d’environ 4000 €, ce qui supposerait outre un appel de fonds interne une recherche de fonds extérieure, étant précisé que le parrainage ne peut supporter le coût de l’aide alimentaire. Dans un premier temps, une budgétisation à hauteur de 2000 € permettrait d’améliorer la situation.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2011-2018 © KAORENGO Porteurs d’Avenir - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4