Bandeau
KAORENGO Porteurs d’Avenir
Slogan du site

L’association KAORENGO Porteurs d’Avenir est dédiée au parrainage d’enfants orphelins au Burkina Faso, organisation laïque et solidaire, entièrement bénévole et dont l’objet est la scolarisation et le bien-être des orphelins filleuls.

Le Burkina et le paludisme

quelques liens et infos sur le fléau...


par FrançoisM
logo imprimer

Le paludisme tue de trop nombreuses personnes en Afrique et singulièrement au Burkina. Un certain nombre de nos filleuls en sont atteints.
Cet article propose des données et des liens vers des articles traitant de ce problème.

Un savon contre le paludisme dans « Le Parisien » du 23 avril 2013
voir aussi sur le même sujetl’article du « Monde »

un vaccin japonais : 70% d’efficacité ? (le Parisien du 31 mai 2013)

[marron]Le paludisme, maladie de la pauvreté et cause de pauvreté[/marron]

[marron]Le paludisme est la principale cause de consultation, d’hospitalisation et de décès. Le rapport 2003 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que le paludisme tue plus d’un million de personnes chaque année et un enfant toutes les 30 secondes dont 90% en Afrique. La résistance du parasite aux médicaments, la faible fréquentation des centres de santé, les comportements en matière d’hygiène et d’assainissement compliquent davantage la lutte. Les pays africains peinent à mobiliser des ressources et des compétences. En attendant les nouveaux vaccins en essais, c’est la politique de la prise en charge et de la prévention.[/marron]

[marron]Au Burkina, le paludisme est la première cause de consultation, d’hospitalisation et de décès. Les statistiques de la direction et la planification du ministère de la santé montrent que plus du 1/3 des consultations et d’hospitalisation est dû au paludisme. Au cours de cette année 2008, plus 3 millions de personnes ont été consulter pour cause de paludisme. Le coordonnateur du programme National de lutte contre le paludisme (PNLP) Laurent Moyenga : les consultations pour cause de paludisme sont de 43% et 66% des hospitalisés souffrent de paludisme. Dans les formations sanitaires, le paludisme lui seul représente 4% des causes de décès.
Un chiffre loin de la réalité car une bonne partie de la population ne fréquente pas les formations sanitaires. 50% seulement de la population fréquente les services de santé. Les croyances, l’insuffisance d’information, demeurent. Une catégorie de la population fait recours à l’automédication et à la médecine traditionnelle.[/marron]
lire la suite de l’article



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2011-2018 © KAORENGO Porteurs d’Avenir - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4